Les mesures provisoires dans l'arbitrage commercial international

Les mesures provisoires dans l'arbitrage commercial international


Evolutions et innovations

Livraison

49,70 €
49,70 €

Disponible

L'ouvrage rassemble l'ensemble des contributions du colloque organisé par le Journal du droit international (Clunet), en partenariat avec la Chambre de commerce internationale, le 13 février 2006 au Sénat.

Dans l'évolution du droit de l'arbitrage commercial international, les mesures provisoires occupent une place particulière. L'éloignement des parties, la facilité de déplacer biens et capitaux peut les rendre particulièrement nécessaires. Puisque les parties auront entendu confier le règlement de leur litige à un tribunal arbitral, il semblera naturel de pouvoir obtenir du tribunal arbitral l'octroi d'une telle mesure. Cependant, l'absence d'imperium de l'arbitre a pu faire douter que celui-ci soit le mieux placé pour ordonner avec toute l'efficacité voulue une telle mesure. L'effet de surprise requis dans certaines circonstances s'accommode au demeurant mal des principes fondamentaux de confiance et d'égalité des parties qui président à l'arbitrage. Faut-il dans ce cas préférer le recours au juge étatique, alors même que celui-ci n'a qu'une connaissance partielle, voire tronquée, du litige ? Dans tous les cas, la mesure peut être lourde de conséquences à l'égard de celui contre lequel elle est ordonnée. Juge et arbitre doivent-ils s'ignorer ou peuvent-ils collaborer ?

Le droit français apporte ses propres solutions à ces questions. Elles semblent équilibrées. Sont-elles suffisantes ? La Commission des Nations unies pour le droit du commerce international (CNUDCI) a décidé de remettre cette question à l'ordre du jour de son groupe de travail sur l'arbitrage. La loi type est appelée à être modifiée sur ce point en fonction des résultats obtenus. Alors que les travaux entrepris étaient sur le point de s'achever, il était particulièrement opportun de réunir certains des meilleurs spécialistes de la matière afin qu'ils analysent également le projet de la CNUDCI et puissent faire part des réflexions que celui-ci suscite.

Les auteurs :
Sous la direction de Jean-Michel Jacquet et Emmanuel Jolivet.
G. Bolard, T. Clay, J.-M. Jacquet, E. Jolivet, G. Kaufmann-Kohler, C. Kessedjian, A. Lacabarats, E. Loquin, J.-B. Racine, R. Sorieul, P. Tercier.

LexisNexis

Colloques et Débats

Janvier 2007

N/A

144

160.0x240.0

9782711009824

Livre

  • Enseignants
  • Magistrats

L'ouvrage rassemble l'ensemble des contributions du colloque organisé par le Journal du droit international (Clunet), en partenariat avec la Chambre de commerce internationale, le 13 février 2006 au Sénat.

Dans l'évolution du droit de l'arbitrage commercial international, les mesures provisoires occupent une place particulière. L'éloignement des parties, la facilité de déplacer biens et capitaux peut les rendre particulièrement nécessaires. Puisque les parties auront entendu confier le règlement de leur litige à un tribunal arbitral, il semblera naturel de pouvoir obtenir du tribunal arbitral l'octroi d'une telle mesure. Cependant, l'absence d'imperium de l'arbitre a pu faire douter que celui-ci soit le mieux placé pour ordonner avec toute l'efficacité voulue une telle mesure. L'effet de surprise requis dans certaines circonstances s'accommode au demeurant mal des principes fondamentaux de confiance et d'égalité des parties qui président à l'arbitrage. Faut-il dans ce cas préférer le recours au juge étatique, alors même que celui-ci n'a qu'une connaissance partielle, voire tronquée, du litige ? Dans tous les cas, la mesure peut être lourde de conséquences à l'égard de celui contre lequel elle est ordonnée. Juge et arbitre doivent-ils s'ignorer ou peuvent-ils collaborer ?

Le droit français apporte ses propres solutions à ces questions. Elles semblent équilibrées. Sont-elles suffisantes ? La Commission des Nations unies pour le droit du commerce international (CNUDCI) a décidé de remettre cette question à l'ordre du jour de son groupe de travail sur l'arbitrage. La loi type est appelée à être modifiée sur ce point en fonction des résultats obtenus. Alors que les travaux entrepris étaient sur le point de s'achever, il était particulièrement opportun de réunir certains des meilleurs spécialistes de la matière afin qu'ils analysent également le projet de la CNUDCI et puissent faire part des réflexions que celui-ci suscite.

Les auteurs :
Sous la direction de Jean-Michel Jacquet et Emmanuel Jolivet.
G. Bolard, T. Clay, J.-M. Jacquet, E. Jolivet, G. Kaufmann-Kohler, C. Kessedjian, A. Lacabarats, E. Loquin, J.-B. Racine, R. Sorieul, P. Tercier.

LexisNexis

Colloques et Débats

Janvier 2007

N/A

144

160.0x240.0

9782711009824

Livre

  • Enseignants
  • Magistrats